Quatrième de couverture.

Depuis les années 1980, Britt-Mari Barth a constamment mobilisé les apports de la psychologie cognitive et culturelle au niveau international pour analyser les fondements de la relation pédagogique. En faisant émerger plusieurs concepts clés pour décrire les situations d'apprentissage en classe, et en comprendre le dynamisme ou les blocages, elle a contribué à renouveler la vision des processus en jeu entre l'enseignant, les apprenants et les savoirs, et proposé des voies nouvelles plus, efficaces.
En prolongement des ses deux précédents ouvrages, l'Apprentissage de l'abstraction et le Savoir en construction, devenus des références en pédagogie, Britt- Mari Barth poursuit ici sa recherche de nouveaux paradigmes. Cette synthèse actualisée de ses conceptions est illustrée par quatre scénarios expérimentés, en France et au Québec, dans l'enseignement primaire, secondaire et universitaire, qui sont autant d'outils inspirants et transférables.
A l'issue de ce parcours, la question de l'échec scolaire apparaît sous un autre jour. la motivation n'est plus posée comme condition préalable aux apprentissages ; elle est liée aux dispositifs pédagogiques à concevoir et à mettre en œuvre ; repensant son rôle, l'enseignant doit devenir ce médiateur qui favorise, chez l'apprenant, démarche d'apprentissage et construction de soi.

Commentaires personnels :

C'est une immense satisfaction de constater que 25 ans de recherches-action sur les processus d'apprentissage sont validés par une aussi grande dame que Britt-Mari Barth. J'avais lu ses livres et je l'avais rencontrée au début des années 1990, puis j'avais poursuivi mon chemin personnel, en relation avec le groupe de réflexion animé par Régine Roche de l'Université Blaise Pascal à Clermont-Ferrand. Le titre d'abord "élève chercheur, enseignant médiateur". C'est exactement la posture que j'ai développée dans mes groupes de "médiation cognitive". Termes d'ailleurs qu'elle utilise à plusieurs reprises. Lorsque je mets en priorité " réduire l'anxiété", Britt-Mari Bathr parle "sécurité psychologique".
Lorsque je dis que la "le vécu de réussite" est le principal moteur de l'engagement dans la tâche, elle dit que "la motivation n'est pas un préalable mais une conséquence du dispositif pédagogique". Lorsqu'elle dit que "le sens est une construction de l'apprenant", moi je me réfère à JP Changeux qui dit "...un cerveau constamment entrain de générer des variétés d'hypothèses internes et de les tester sur le monde extérieur, plutôt qu'un environnement qui impose (et enseigne) des solutions directement à la structure interne du cerveau". Lorsque que je dis "rendre les élèves plus dynamique et autonome dans leurs apprentissage", Britt-Mari Barth dit" devenir plus autonome et à prendre plus de responsabilités pour leurs propres apprentissages".
... et je pourrais continuer ainsi les rapprochements...
Nous avons probablement trouvé une démarche efficace contre l'échec scolaire. Mais pas seulement l'échec scolaire. Car combien d'élèves obtiennent des diplômes sans avoir accédé au sens des concepts qu'ils manipulent de façon mimétique ?
Un livre référent pour quiconque accepte de réfléchir au delà des idées reçue.